Meetic, ah, meetic. Je m'y étais inscrite par curiosité, dans l'oisiveté habituelle d'un soir post préparationnaire. Après l'observation consternée de la solitude de ces individus, tous juxtaposés dans ces grandes villes, mais comme séparés par des fossés infranchissables, j'ai voulu dans un élan de masochisme explorer tous les moyens donnés à ces électrons libres pour se rencontrer, autour, peut-être, d'un noyau familial (à noter la métaphore de l'atome, je pars du principe erroné que chaque famille rêvée par l'Electron libre devra être insécable).

Et comprendre surtout leur échec lamentable; car, en toute logique, vu le nombre de personnes inscrites sur ces sites, il devrait y avoir trois mariages par personne et par an en France (petit rappel: la famille est un atome insécable, donc le divorce est inconcevable. Par conséquent, ou bien il est nécessaire d'opérer une révolution des moeurs en France, et d'autoriser la polygamie, ou alors il faut constater l'inefficacité de ces moyens de rencontre. Je crois le raisonnement rigoureux et imparable.)

Je me suis donc inscrite. J'ai pris le pseudo romantique s'il en est de Mondnacht, j'ai avancé une annonce assez banale pour n'effrayer personne sans aguicher particulièrement, j'ai fait étalage d'un profil physique à faire baver un saint (je sais ce n'est pas très urbain mais c'était pour les besoins de l'enquête...), et j'ai attendu.

Les résultats ne se sont pas fait attendre. A la classification proposée par Catherine M. je me dois d'apporter ma caution, en y associant quelques expériences personnelles (eh oui c'est maintenant que le message devient intéressant, ça valait la peine de tenir jusque là!).

les pervers. Plein. Plus nombreux qu'on ne saurait le dire. On m'a fait le scénario de films porno plus d'une fois. "Tu viens?

_ non, je n'aime pas inverser les rôles dans la Belle au Bois Dormant. Ce n'est pas à la princesse de se déplacer, et surtout pas à 01h du matin.

_je ne t'embrasserai pas sur les lèvres, du moins pas celles-là. Je veux que tu viennes t'asseoir sur mon visage etc etc et te prendre par derrière etc etc et jouir sur ton corps nu sur la table etc etc..."

Mesdames et messieurs, cher public, sachez que ce dialogue (qui a très vite viré au monologue) très édulcoré (si, si) s'est produit à peu près dix fois sur les dix huit personnes avec qui j'ai pu parler.

ça, c'était pour les pervers ostensibles. Passons aux cas suivants. Car les hommes sont TOUS des pervers et je vais vous le démontrer.

Les vieux pervers

les vieux pervers sont plus subtils que les jeunes. Peut être aussi ont ils conscience du désavantage que leur donne leurs 45 ans auprès d'une jeune femme de 20; aussi se la jouent-ils plus séducteur-romantique. BREF deux cas d'espèce: le premier, est un rapace. Un chasseur patient, qui maîtrise le verbe, a de l'humour, sait ce qu'il veut, et sait attendre pour l'obtenir. A noter: le seul sur meetic à ne jamais m'avoir demandé de photo. Subtilité suprême: il ne prend pas beaucoup de risque puisqu'il a lu mon profil (pas très fidèle certes), et il s'assure une certaine image de marque en faisant la différence, avec les autres qui ne sont que des pervers. Non. Monsieur, lui, m'invitera d'abord à la Tour d'Argent, et il me sautera dessus après. Lui, il prend son temps. Il est dangereux, très dangereux.

                           Le second est un complexé. J'ai hésité à écrire puceau mais à 42 ans je lui laisse le bénéfice du doute. Au bout d'une conversation polie il est convaincu que nous avons une relation sérieuse, il m'envoie des roses et me fait des déclarations, en se laissant le soin de faire les miennes à ma place puisque je me tais. Brrr. Psychopathe.

Les jeunes "normaux".

feignant une discussion normale glissent subrepticement la question inévitable: tour de poitrine? à la réponse inévitable "90D" voilà qu'ils se mettent à hurler et me demandent des photos de nu...hum. Je croyais pourtant la conversation normale tt à l'heure...

sans parler de ceux qui me proposent des plans à trois en envoyant des photos érectives à une amie que vous connaissez depuis deux minutes puisque vous avez lu sa note avant la mienne.

conclusion de l'histoire, ou chute, ou pointe, en fonction des points de vue

Malgré quelques délires et quelques photos de nu envoyées, je n'ai répondu à aucune avance et je n'ai invité personne, moi. Du moins pas de meetic, car, mesdemoiselles, c'est vrai qu'ils s'agitent comme derrière des barreaux ceux-là, ils ne sont pas bien menaçants dans leur zoo, mais les jeunes hommes de chair et d'os que vous croyez connaître, eux, par contre...

En plein milieu de cette période d'enquête j'ai croisé dans la rue un copain polonais que je n'avais pas vu depuis deux ans; "bonjour Cassandre! ça va? ça fait longtemps! ça te dirait de venir dîner chez moi un de ces quatre qu'on discute un peu?"

et moi, bêtement, j'ai accepté, parceque je l'aime bien, parce que c'est un pote, parce qu'il est super beau et que je ne suis pas assez belle pour lui donc pas d'ambiguité possible etc etc.

En somme, après un dîner bien arrosé, complètement bourrée, je me suis laissée entraîner dans le lit du jeune homme. Un rapport non protégé et peu satisfaisant plus tard, me voilà dans l'angoisse la plus horrible: enceinte? sida?

Mesdemoiselles méfiez-vous du loup, il n'est jamais là où on s'y attend!